Commandant Servaz, Tome 4 : Nuit de Bernard Minier

Publié le par Lehane

Commandant Servaz, Tome 4 : Nuit de Bernard Minier

Résumé :

Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l'hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L'inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d'une technicienne de la base off-shore.

Un homme manque à l'appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz.

L'absent s'appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié.

Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d'un enfant.
Au dos, juste un prénom : GUSTAV

Pour Kirsten et Martin, c'est le début d'un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

Mon avis :

Légère déception sur ce tome.

Autant j’adore les romans de Bernard Minier et même jusque-là sa série du commandant Servaz autant celui-ci j’ai moins accroché. J’ai même mis plusieurs semaines a le lire alors que les autres je les avais terminé en 3 jours chacun environ.

Déjà c’est un énorme pavé avec certaines longueurs qui aurait pu être évité.

En plus dans les autres tomes il y a une enquête par livre en plus de l’enquête de fond, cette foi pas vraiment, juste au départ du livre mais c’est vite fini.

Et surtout pas de surprises, de retournements de situation, tout ce qui arrive je l’ai vu venir et le gros suspens de la fin ben en fait je m’y attendais tellement que j’attendais qu’il le dise depuis déjà deux romans.

Donc oui ce roman je l’attendais avec impatience, peut-être trop et la déception vient certainement de là.

A lire quand même si vous avez suivi les premiers tomes car ça parle surtout de Hirtman. J’ai l’impression que « nuit » c’est un pont dans l’histoire plus qu’autre chose et que par contre le prochain sera beaucoup plus ouf. Bernard Minier nous a placé les choses pour la suite, ça donne vraiment cette sensation.

 

Satisfaction : 65 %

Publié dans Livres, Littérature, Critiques

Commenter cet article

Bernieshoot 13/04/2017 07:37

je viens de le terminer et j’ai trouvé qu’au contraire Bernard Minier elargissait son spectre d'écriture, je vais le chroniquer prochainement